Le putsch au Burkina Faso, l′intrus qui s′appelle Wagner et la France | Arbre à palabre | DW | 07.10.2022

Découvrez le nouveau site de DW Afrique

Testez en exclusivité la version beta de DW Afrique. Votre avis peut nous aider à améliorer le nouveau site.

  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Arbre à palabre

Le putsch au Burkina Faso, l'intrus qui s'appelle Wagner et la France

L'éviction du lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba de la tête du Burkina Faso a été opérée dans un contexte qui interroge sur le futur de la relation de ce pays avec la France. Le capitaine Ibrahim Traoré, nouveau maître du Kosyam a laissé entendre qu'il était ouvert à une diversification des partenaires.

Le Burkina Faso abrite à Kamboinsin, une base des forces spéciales françaises au Sahel. Ce camp a été l’une des principales cibles des manifestations soutenant le capitaine Ibrahim Traoré qui a un temps, agité la théorie d’une protection de l'ex-président de transition Paul-Henri Sandaogo Damiba par les forces spéciales françaises, avant plus tard d'opérer un revirement. Mais la pillule a semble-t-il eu son effet entre-temps.

Le défi d'une armée réunifiée

Le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba s'adresse à des soldats lors d'une visite à Seytenga après une attaque djihadiste meurtrière (Seytenga, 15.06.2022)

Des jeunes soldats ont annoncé le soir du 30 septembre à la télévision nationale, avoir déposé le lieutenant-colonel Damiba

Les slogans et drapeaux russes agités durant les manifestations ont poussé certains à conclure à la victoire d'une aile pro-russe de l'armée burkinabè sur une autre aile pro-française.

Le nouvel homme fort, le capitaine Ibrahim Traoré a laissé entendre qu'il était pour une ouverture à tous les partenaires dans la lutte contre le terrorisme. Que signifient ces propos, suivis quelques jours plus tard du soutien explicite du fondateur du groupe paramilitaire russe Wagner, Evguéni Prigojine, proche du Kremlin ? Fréjus Quenum en discute avec ses invités : 

- Maître Guy Hervé Kam, avocat á la cour et coordonateur national du mouvement "Servir et non se servir" (SENS)

- Baba Dakono, secrétaire exécutif de l'Observatoire citoyen sur la gouvernance et la sécurité (OCGS) 

- et Michel Galy, politologue, professeur de géopolitique à l'Ileri (l'institut des relations internationales), chercheur au Centre d'études sur les conflits, rédacteur en chef associé de la revue "Cultures et Conflits"


Retrouvez le débat "arbre à palabres" tous les vendredis à 17h30 TU et tous les samedis à 7h TU !