Le Gabon, pas encore prêt pour l'alternance démocratique | Droits et libertés | DW | 09.11.2022

Découvrez le nouveau site de DW Afrique

Testez en exclusivité la version beta de DW Afrique. Votre avis peut nous aider à améliorer le nouveau site.

  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Droits et libertés

Le Gabon, pas encore prêt pour l'alternance démocratique

Le politologue gabonais Jean-Delors Biyogue revient sur les problèmes qui risquent de se poser de nouveau à la présidentielle de 2023 au Gabon.

La date exacte n'a pas encore été fixée, mais la présidentielle gabonaise devrait avoir lieu au Gabon en juillet ou août 2023.

La famille Bongo et le parti PDG dirigent le pays depuis plus d'un demi-siècle ; d'abord Omar Bongo de 1967 à sa mort, en 2009, puis Ali Bongo, son fils, qui lui a succédé et est toujours au pouvoir.
Il y a plein de choses à dire sur le Gabon - les violations des droits de l'Homme, l'autoritarisme, la corruption, les dynasties politiques, les liens tendus entre la famille Bongo et celle de Denis Sassou Nguesso, le président de la République du Congo.
Nous aurons l'occasion d'y revenir d'ici aux élections, c'est promis. Aujourd'hui, nous dressons un tableau de la situation, alors que tous les candidats ne se sont pas encore déclarés ouvertement, avec une question centrale: une alternance est-elle pensable au Gabon, l'année prochaine?
Pour en discuter, un invité: le politologue gabonais Jean-Delors Biyogue.

Droits et Libertés est une émission préparée, produite et présentée par Sandrine Blanchard
Avec un merci cette semaine à Jean-Delors Biyogue et au GRIP de Bruxelles