Heurts au Tchad, prémisses d'un après-dialogue tendu | Arbre à palabre | DW | 21.10.2022

Découvrez le nouveau site de DW Afrique

Testez en exclusivité la version beta de DW Afrique. Votre avis peut nous aider à améliorer le nouveau site.

  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Arbre à palabre

Heurts au Tchad, prémisses d'un après-dialogue tendu

Avec plus die 50 morts, des centaines de blessés et des arrestations, les violents heurts du 20 octobre au Tchad annoncent que le dialogue national n'a pas installé le pays dans un climat calme et pacifique. Les promesses d'ouverture et d'élections transparentes ne convainquent pas une partie des Tchadiens qui exige qu'une alternance se produise enfin au sommet de l'Etat.

Le dialogue nationalqualifié d'inclusif et souverain au Tchad a livré ses conclusions dont certaines sont même déjà en exécution : la reconduction pour deux ans du général Mahamat Idriss Déby et la mise en place d'un nouveau gouvernement.

Prochains rendez-vous clés : le référendum constitutionnel, les consultations sur la forme de l'Etat et les élections de fin de transition.

Mauvais climat post-dialogue

Or, au sortir du dialogue où une certaine liberté d'expression a pu s'observer, la situation paraît bien loin de la détente espérée. Certains acteurs majeurs ont boycotté ce dialogue ou rompu les rangs en plein chemin. Pour eux, la trajectoire empruntée ne pouvait qu'arranger les affaires des tenants du système en place. Ce qui annonce un mauvais climat pour l'après-dialogue. 

Ont-ils raison ? Ou était-ce naïf de s'attendre à une ouverture radicale dès la disparition du président Idriss Déby en avril 2021 ? Quelles solutions s'offrent aux dirigeants actuels pour apaiser le climat et restaurer la confiance? Fréjus Quenum en discute avec ses invités : 

- Agnès Ildjima Lokiam, présidente de l'Association tchadienne pour la promotion et la défense des droits de l'homme (ATPDH), membre de l'association des femmes juristes du Tchad 

- Evariste Ngarlem Tolde, acteur de la société civile, docteur en sciences politiques et enseignant-chercheur à l’Université de N'Djamena

- Hoinathy Remadji, chercheur principal pour l'Institut d'études de sécurité en poste à N'Djamena 

- et Mahamat Saleh Yacoub, président de l'Université Adam Barka d'Abeché 

 

Retrouvez le débat "arbre à palabres" les vendredis à 17h30 TU et les samedis à 7h TU !
 

Liens